2. Actualités

« Je retrouve dans le webdocumentaire la même énergie que ce qui m’avait embarqué dans le web en 1995″

Yolande Garcia, auteure du projet « En quête – année 30″. Photo : Latifa Saïd

Yolande Garcia travaille dans le web depuis plus de 15 ans en tant que consultante et directrice de projets multimédia. Egalement auteure, elle a conçu un projet transmédia ambitieux lauréat de la Bourse Orange / Formats innovants

« En quête, années 30 » a pour objectifs de traiter d’un même questionnement à travers différentes formes narratives, différentes époques et différents supports. Le dispositif met en place des passerelles entre passé et présent, entre destin individuel et mémoire collective, entre fiction et réalité. Dans les années 30-40, via une fiction en animation 2D sur le web, c’est l’histoire d’un couple qui est mis en lumière dans une période marquée par la crise économique, le repli des nations sur elles-mêmes, une effervescence culturelle et technologique ; en 2012, trois couples donnent leur vision de leur vie ponctuée par les mêmes thématiques ; en 2012, via une plateforme collaborative, chacun peut se plonger dans l’histoire de ses ascendants ayant vécu dans les années 30 en partageant des photos familiales; en 2012, via une quête sur Facebook, mêlant indices et reportages courts, l’auteur part à la recherche du couple inconnu des années 30 à l’origine de ce projet.

Comment t’es venue l’idée de ce projet ?

Dans une brocante, j’ai acheté il y a deux ans un album de négatifs 6×9 noir et blanc. Il datait des années 30. Sur la centaine de clichés que j’ai scannés, j’ai découvert un couple d’amoureux dont je ne connaissais ni l’identité ni l’histoire et pourtant je pénétrais dans son intimité comme par effraction. Parce qu’anonyme, ce couple revêtait une valeur d’universalité dans une période charnière de notre Histoire qui par bien des aspects ressemble à la période que nous vivons nous–mêmes aujourd’hui.

Un rapport avec ton histoire personnelle ?

A y regarder de près, il y a souvent un lien. En l’occurrence, mes deux grands pères sont morts jeunes, pendant la guerre 39-40 pour l’un, en combattant les troupes franquistes après même la guerre d’Espagne pour l’autre. Ils n’ont pas eu le temps de vivre leur histoire familiale, de voir grandir leurs enfants, de vieillir avec leur femme. Alors découvrir ce couple inconnu des années 30 ne pouvait que me toucher.

A quelle étape en es-tu ?

Le projet comprend 4 volets. Chacun suit son propre rythme. La conception ergonomique et fonctionnelle des deux supports multimédia (site web et plateforme collaborative) est achevée. Sur le plan de l’écriture, je suis en train de finaliser les scénarios des 10 épisodes de la fiction. En parallèle, depuis fin mars, je suis sur les traces du couple inconnu et de ses descendants dans l’espoir de découvrir leur vraie histoire. Je diffuse les résultats de cette recherche au fil de l‘eau sur la page Facebook « En quête, années 30 ». Cette enquête de terrain, dans l’Oise, me permet également de mieux appréhender le contexte local. La narration du documentaire 52 minutes se nourrit de mes découvertes et de mes rencontres sur place.

Il s’agit d’un projet transmédia. Quels vont être les rapports/interactions entre les différents supports ?

Le premier lien évident est le thème (« Comment le couple, cellule sociale la plus simple, s’inscrit-elle dans l’Histoire collective en train de s’écrire, consciemment ou inconsciemment ? »), que chacun des supports traite sous un angle différent et complémentaire.

Des ponts sont également prévus d’un support à l’autre :
• Le 11ème épisode de la fiction web sera écrit en collaboration avec les fans de la page Facebook « En quête, années 30 ». Il sera ensuite animé, réalisé et diffusé sur le site web dédié en épilogue aux 10 premiers épisodes.

• La quête sur Facebook permet d’étayer le contexte du documentaire 52’ avec notamment la diffusion à venir de reportages thématiques courts en lien avec le territoire

• Sur le plan de la forme narrative, certains thèmes abordés dans le documentaire, communs à la fiction web, seront introduits par des extraits de l’animation 2D comme autant de flash back


Selon toi, quelle est la recette d’un bon projet transmédia ?

Je pense qu’il s’agit de trouver le bon équilibre entre le sujet et la forme, quel que soit le genre (documentaire, fiction, docu-fiction). Le transmédia, pour être légitime et cohérent, doit enrichir et servir la problématique posée. Par la diversité des supports, le transmédia apporte un éclairage différent, touche des cibles spécifiques, teste de nouvelles formes narratives.

Le volet web communautaire possède une place particulière dans ton projet. Quel est la place des réseaux sociaux ? Peut-on concevoir un projet web sans eux ?

Je pilote des projets web depuis 15 ans bien avant l’arrivée de Facebook, YouTube, Twitter… Je suis donc convaincue qu’il est possible de concevoir un projet web sans relais auprès des réseaux sociaux. En revanche, les réseaux sociaux offrent une possibilité de diffusion et de rayonnement des projets vraiment intéressante. Un projet y compris quand il dispose de moyens réduits peut rencontrer un public nombreux, curieux, prescripteur voire même contributeur. Alors on peut concevoir des projets web sans eux mais explorer ce vecteur est très stimulant.

Tu pilotes pour l’instant ton projet seul. Comment arrives-tu à gérer ton temps ? De quelles compétences comptes-tu t’entourer ?

Dans la phase actuelle, je travaille seule effectivement. Cela me permet d’achever la phase d’écriture en gardant la cohérence de l’intention initiale. Au quotidien, c’est compliqué à gérer puisque je pilote en ce moment la refonte du site d’une grande entreprise, à plein temps. Je consacre donc mes soirées et mes week-ends à « En quête, années 30 ». Par la suite, dans la phase de développement et de production, le projet s’enrichira bien sûr de compétences venues d’horizons divers : illustrateur, aquarelliste pour l’animation 2D, ingénieur du son, réalisateur documentariste, agence web notamment…

Les lauréats de la Bourse Orange / Formats Innovants

Tu as gagné la Bourse Orange / Formats innovants…

La Bourse Orange est un vrai encouragement d’autant qu’elle arrive après des mois de travail en solitaire. Ce qui était une aventure personnelle a su toucher et convaincre des professionnels, notamment des auteurs. C’est important pour moi, c’est évident. Par ailleurs, au-delà de l’apport financier, cette Bourse accompagne les lauréats via une aide au développement, une master class, des conseils… C’est un plus. Le budget du projet est important puisqu’il est composé en réalité de 4 projets distincts. Un plan de financement alliant subventions, financements institutionnels et privés (placement produit, partenariat…) est indispensable pour mener le projet à son terme.

En tant que « nouvelle » arrivante dans le milieu de web documentaire. Quelle est ta vision du genre ?

Je suis nouvelle dans le genre web documentaire mais une ancienne dans le web et dans l’écriture. Je retrouve dans le web documentaire et dans le transmédia la même envie et la même énergie que
ce qui m’avait littéralement embarqué dans le web des années 1995. Le web documentaire est une forme narrative de passionnés, une niche. Elle n’est pas sclérosée par des structures pesantes qui la priveraient de sa créativité et de sa réactivité. Tout y est encore possible. Pour l’instant. Mon point de vue d’auteur tourne invariablement autour de l’individu, de l’humain. De ce fait, il me semble donc que l’on pourrait pousser plus loin l’état immersif par les formes narratives et par les moyens technologiques non pas comme des artifices mais comme des moyens de sensibiliser, d’informer et d’impliquer l’internaute sur des sujets de fond.

 

La page facebook du projet : http://www.facebook.com/pages/En-qu%C3%AAte-ann%C3%A9es-30/322974141088998

Tagged , , , ,

Partagez cet article !

Boris Razon présente The End etc.

Coup de projecteur
  • WEBDOC SUR LE QUOTIDIEN DES PROSTITUÉES DE LYON
  • STAINSBEAUPAYS, 20 ados de Stains se racontent, nous racontent, se la racontent
  • La marche d’apres
  • Fort McMoney @davduf @_TOXA @onf @ARTEfr
  • A short story of the highrise @nytimes @katciz
  • Journaliste 2.0 @france4
  • Veduta @AgenceCAPA @telerama
  • Le professeur est-il un terroriste ? 33 ans d’enquêtes sur l’attentat de la rue de Copernic @leJDD
  • Ma vie à deux balles
  • Yann : pêche, avenir & crustacés
  • Type:Rider @ARTEfr
  • No es una crisis @mediapart
Les derniers teasers
  • Une femme, plusieurs hommes, et un webdoc à soutenir !
  • Pregoneros de Medellín, projet webdoc Inside Figra 2014
  • Votez pour « Are Vah ! » au #docswanted @cubanhat #transmedia #webdoc
  • Un webdocumentaire sur les coulisses de la base aérienne de Châteaudun @lecho_fr
Les clés pour financer son webdocumentaire avec le Crowdfunding
Nous suivre
Recherche
Newsletter

Recevez la lettre mensuelle de WEBDOCU.fr.

Les rencontres



Les logiciels de montage interactif
3WDOC
Commander l’ouvrage
webdocs_survival-guide_for_online_filmaker
Le webdoc sur Twitter