2. Actualités

Le job le plus savoureux du webdoc !

A l’occasion du 10ème anniversaire du réseau touristique Les Routes du Comté, le Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté lance le 1er mars prochain un concours d’un nouveau genre : ‘’Le plus savoureux job de l’année’’. Le principe de ce concours est de faire gagner à un/une candidat(e) ‘’Le plus savoureux job de l’année’’, c’est à dire un CDD de 3 mois (du 18 juin au 18 septembre), rémunéré et défrayé, avec à la clé la réalisation d’un webdocumentaire  de son voyage au Pays du Comté pendant les 3 mois de son CDD.  Ce concours s’adresse avant tout aux étudiants en journalisme, cinéma, multimédia ou communication, mais aussi aux jeunes diplômés, jeunes journalistes actifs, pigistes… qu’ils soient Français, francophones ou francophiles.

Ouverture dès le 1er mars prochain sur l’application Facebook suivante www.facebook.com/Ilovecomte?sk=app_189160267852171, et se déroulera en trois phases de sélection qui conduiront 5 ‘’finalistes’’ devant un ultime jury le 24 mai prochain.

Nicolas Bouveret responsable presse du Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté

Une communication originale de la part Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté prouvant une volonté de communiquer autrement en sortant du spot publicitaire classique. Le budget total de la campagne est d’environ 50 000 euros. Rencontre avec Nicolas Bouveret, pilote du projet:

D’où vous est venu cette idée ?

L’été dernier, nous réfléchissions avec mon binôme Florence Compagnon, du CIGC, sur la manière dont nous allions célébrer les 10 ans de notre réseau touristique ‘’Les Routes du Comté’’, réseau dont la vocation est de faire découvrir le Comté, ses hommes et ses femmes, de la manière la plus ‘’ouverte’’ possible, avec un contenu fort et la promesse de rencontres souvent étonnantes avec le Comté, dans toute sa vérité.
Or, en matière de communication événementielle, tout a déjà été fait, par nous et par d’autres… Seuls les budgets impliqués peuvent faire la différence sur la portée de la célébration. Or, justement, notre budget est très limité…
Nous cherchions en fait comment faire coïncider une action de communication favorisant la notoriété avec nos exigences de ‘’contenu’’. C’est à dire surtout ne pas faire un ‘’coup de pub’’ dénué de tout sens… Comment faire parler du Comté en mettant en valeur ceux qu’ils le font au quotidien, en fait ?
C’est donc au cours d’une discussion ‘’libre’’ que l’idée a germé, comme cela arrive souvent, quand on a pris pour exemple la première initiative du genre, ‘’le meilleur job du monde’’, cette histoire de boulot de 6 mois à rien faire dans une île paradisiaque payé 100 000 dollars…
Et si nous, notre travail, c’était pas le ‘’plus savoureux des travails’’ (pour adapter le slogan du Comté ‘’il est temps de savourer le Comté’’) ? Mais quoi faire de ce ‘’travail’’ ? Et si on en profitait pour justement mettre cette Filière Comté en valeur au travers de reportages ?
Voilà une perspective qui nous a plu ! Je me suis donc lancé un peu plus moins dans la définition du concept (je me suis rappelé mon passé d’étudiant en journalisme, et notamment le concours ‘’la page d’or’’ de L’Equipe…), puis nous avons affiné (sans jeu de mots) le projet en interne, non sans avoir fait beaucoup de benchmark pour vérifier la validité de nos idées, notamment sur un site très intéressant : webdocu.fr ! Et c’est là que le concept de webdocumentaire s’est imposé.

Quels sont vos partenaires ?

Ce sont les partenaires habituels de notre réseau, à savoir nos financeurs (DATAR, Région et Départements du Doubs, du Jura et de l’Ain) et leurs représentants opérationnels tels que les Comité du Tourisme de chaque département, de la région et le collectif Montagnes du Jura, mais aussi les organismes issus des filières agricoles régionales. Et bien sûr des acteurs de la Filière Comté !
Nous avons d’ailleurs constitué un petit Comité de réflexion autour du projet et chacun est venu apporter son bidon de lait à l’édifice afin d’aboutir à une opération consensuelle.

Réaliser un webdocumentaire est un travail d’équipe. Allez-vous travailler avec une agence de développement, une société de production pour encadrer le candidat ? Comment allez-vous faire travailler tout le monde ensemble ?
Nous sommes accompagnés depuis le début par notre agence digitale historique, D-Klik Interactiv, à Besançon. J’ai également sollicité Marc Perrey, spécialiste dans le domaine de la vidéo dans la région, et nous avons réfléchi ensemble à la manière dont pouvait se construire ce webdoc. Et nous sommes partis sur l’idée de procéder sous la forme d’un reportage non pas chronologique mais plutôt géographique.
Même si le parti pris de cette opération est quand même de laisser ‘’carte blanche’’ au reporter, nous avons convenu de cadrer quelques éléments de brief ‘’indispensables’’ à ne pas manquer d’intégrer à son travail :
–> Utiliser tous les formats : textes / photos / diaporamas / diaporamas sonores / vidéos (et pourquoi pas transcriptions écrites des dialogues sonores)
–> Définir chaque ‘’reportage-étape’’ et son itinéraire en amont : consacrer les 2 premières semaines (environ) à lister les personnes à rencontrer et prendre les rendez-vous à l’avance, consulter les programmes d’animation de l’été dans la région (Savoureuse Tournée, Année de la Coopération)…
–> …tout en laissant la place à l’imprévu des rencontres, des lieux, des informations glanées, des invitations reçues à l’improviste…
–> Présenter des ‘’personnages’’, raconter des histoires et rendre compte de l’émotion
–> Créer des modules mêlant images et vidéos d’archives, photos anciennes et documents des personnes rencontrées pour raconter des histoires personnelles
–> Compléter chaque ‘’reportage-étape’’ par des bonnes adresses, des infos pratiques et des ‘’bonus’’ (recettes, bons plans dégustation)
Le/la gagnant(e) ne sera donc pas lâché(e) dans la nature ! Nous avons également prévu de voir longuement le/la gagnant(e) en amont pour partager et valider ensemble nos visions respectives, puis de nous rencontrer régulièrement pour faire le point sur la progression de sa mission (réussites, mais aussi écueils…)

Concrêtement que devra faire le candidat sur le terrain ?

Tout simplement réaliser ‘’son’’ propre ‘’webcarnetderoutes’’ en utilisant tous les outils qu’il jugera pertinents au moment où il le souhaitera en fonction de ses propres choix éditoriaux, tout en bénéficiant de nos connaissances pour l’aiguiller dans ses investigations et de notre appui logistique et humain. Nous lui fournirons notamment l’interface d’administration qui lui permettra de publier ses reportages sur le site du concours, appelé d’ailleurs à changer de nom en fin d’opération (passant de www.savoureux-job-comte.com à www.savoureux-voyage-comte.com par exemple).
Alors bien sûr, nous ne pouvons pas dégager un budget digne des plus fins webdocumentaires que nous pouvons découvrir sur webdocu.fr, mais il faut le voir comme une première incursion dans ce nouvel univers de communication/information. Et selon le succès -ou non- obtenu, peut-être ouvrira-t-il la voie à la production plus régulière, avec plus de moyens, d’œuvres ‘’multi’’ et ‘’cross’’ médias dans la Filière Comté ?

Comment avez-vous découvert l’univers du webdocumentaire ?

Précisément en peaufinant ce concept ! J’ai découvert qu’il existait déjà un univers codifié, en pleine expansion, en cohérence avec la formation actuelle dispensée aux étudiants (à mon époque, on en était bien loin !), qui venait confirmer ce qui n’était au départ qu’une intuition.

Est-ce un bon moyen pour une marque de s’approprier ces nouvelles façon de communiquer ? Qu’est ce que ça vous apporte ? Un important relai média peut-être ?

En tant que ‘’communicant’’, je dirais que le plus important est que cette opération développe la notoriété du Comté auprès d’une cible que nous n’avons pas l’habitude de toucher et que nous comptons effectivement sur des relais médiatiques positifs.
Mais en tant que journaliste dans l’âme (bien que passé du ‘’côté obscur de l’info’’ !), l’essentiel n’est pas dans le concours en soi. Il est pour une part d’offrir un tremplin à un jeune professionnel, ce dont l’étudiant qu’on a tous été aurait peut-être rêvé (et cela dit sans aucune démagogie), mais aussi pour une autre part de parvenir à produire une ‘’matière’’ informative de qualité, décalée, vivante, afin de mettre en valeur le Comté d’une autre façon que de recourir aux armes de la publicité TV classique, forcément réductrices bien qu’indispensables pour un tel fromage AOP, le premier de France en volume.
Depuis ma découverte de ce ‘’phénomène’’ du webdocumentaire, je suis convaincu qu’il représente l’avenir du journalisme, mais aussi de la communication ‘’corporate’’, au même titre que cohabitent depuis des décennies la presse indépendante et les médias d’entreprise. A cet effet, il sera curieux de voir comment les sites Internet  »classiques » de certaines marques mondiales évoluent en tenant compte ou pas de l’émergence de nouveau type de récit et de relation avec le client/consommateur.

Partagez cet article !

Boris Razon présente The End etc.

Coup de projecteur
  • WEBDOC SUR LE QUOTIDIEN DES PROSTITUÉES DE LYON
  • STAINSBEAUPAYS, 20 ados de Stains se racontent, nous racontent, se la racontent
  • La marche d’apres
  • Fort McMoney @davduf @_TOXA @onf @ARTEfr
  • A short story of the highrise @nytimes @katciz
  • Journaliste 2.0 @france4
  • Veduta @AgenceCAPA @telerama
  • Le professeur est-il un terroriste ? 33 ans d’enquêtes sur l’attentat de la rue de Copernic @leJDD
  • Ma vie à deux balles
  • Yann : pêche, avenir & crustacés
  • Type:Rider @ARTEfr
  • No es una crisis @mediapart
Les derniers teasers
  • Une femme, plusieurs hommes, et un webdoc à soutenir !
  • Pregoneros de Medellín, projet webdoc Inside Figra 2014
  • Votez pour « Are Vah ! » au #docswanted @cubanhat #transmedia #webdoc
  • Un webdocumentaire sur les coulisses de la base aérienne de Châteaudun @lecho_fr
Les clés pour financer son webdocumentaire avec le Crowdfunding
Nous suivre
Recherche
Newsletter

Recevez la lettre mensuelle de WEBDOCU.fr.

Les rencontres



Les logiciels de montage interactif
3WDOC
Commander l’ouvrage
webdocs_survival-guide_for_online_filmaker
Le webdoc sur Twitter